Che Guevara, Jim Fitzpatrick et la création d'une icône



La motivation de Jim Fitzpatrick pour produire une affiche du révolutionnaire Che Guevara était à la fois personnelle – il avait rencontré l'homme lui-même à l'âge de 16 ans – et politique : il était lui-même un militant de gauche lorsque, cinq ans plus tard, il a produit sa première image du Che.


Son milieu familial n'aurait pas laissé présager un tel résultat. Il décrit sa mère comme « une loyaliste de l'Empire, mais pas du genre bigote ». Cette attitude était contrebalancée par l'influence des nièces de sa mère, qui partageaient la maison familiale, et qu'il décrit comme des « républicaines enragées du type ; les difficultés de l'Angleterre sont l'opportunité de l'Irlande ». Elles n'étaient pas indifférentes à l'Allemagne nazie pendant l’« urgence », mais il ajoute que c'était avant que toute l'horreur de l'Holocauste et des camps d'extermination ne soit connue du public.


Il décrit sa propre éducation au Gormanston College comme étant « catholique fondamentaliste de droite ». Pourtant, il a été impressionné par l'activité missionnaire de ses professeurs franciscains, notamment en Amérique du Sud, et par leur adhésion à la théologie de la libération. C'est ainsi que la graine de son radicalisme a été semée.


Au milieu des années 1960, il se décrit comme « un fervent marxiste de gauche », mais toujours catholique (il l'est toujours). Il n'a jamais été membre d'un parti ou d'une organisation politique, mais a sympathisé avec le mouvement républicain « officiel », bien qu'il ait également travaillé pour la Démocratie populaire à ses débuts.


En raison de son intérêt pour le graphisme allemand, Jim Fitzpatrick était un lecteur régulier du magazine Stern, et c'est là, au cours de l'été 1967, qu'il a découvert la photographie (également publiée dans Paris Match) qu'il allait plus tard immortaliser sous forme d'affiche. La photographie, intitulée Guerrillero Heroico, a été prise par Alberto Korda le 5 mars 1960 lors d'un rassemblement à La Havane pour commémorer les victimes de l'explosion du navire de munitions La Coubre, qui pourrait ou non être le résultat d'un sabotage soutenu par la CIA. Photographe de mode à l'origine, Korda est devenu un communiste de longue date et, de fait, le photographe officiel de la révolution cubaine. Il n'a jamais accepté de royalties pour cette image, bien qu'il ait été sensible à sa commercialisation inappropriée. En 2000, il a obtenu un accord à l'amiable avec l'agence de publicité de la vodka Smirnoff, dont il a fait don à un hôpital pour enfants à Cuba. Korda est décédé en 2001.


D'autres n'ont pas été aussi magnanimes. La photo de Korda est restée dans l'ombre jusqu'à l'été 1967, lorsque l'éditeur italien Giangiacomo Feltrinelli – qui avait remporté des succès notables avec Docteur Jivago de Pasternak et Le Léopard de di Lampedusa – a acquis les droits de publication du Journal de Bolivie de Guevara (publié l'année suivante), ainsi que la photo. Korda n'accepte pas de rémunération car il considère Feltrinelli comme « un ami de la révolution ». Craignant (à juste titre) la capture imminente de Guevara dans les mois précédant sa mort en octobre 1967, c'est Feltrinelli qui a distribué et vendu des posters de la photo pour, disait-il, faire prendre conscience de la situation précaire du Che. Il a cependant affirmé de manière litigieuse sa « propriété » de l'image et n'a jamais payé de droits à Korda. Jim Fitzpatrick raconte qu'une personne prétendant être Feltrinelli lui a ensuite passé un appel téléphonique menaçant – une menace qui n'était pas inutile (si elle était authentique) puisque Feltrinelli, partisan communiste pendant la Seconde Guerre mondiale, était l'un des fondateurs du Groupe d'action des partisans (GAP), un groupe terroriste similaire aux Brigades rouges. Il a été tué par ses propres explosifs alors qu'il sabotait un pylône électrique près de Milan le 14 mars 1972.


En 1967, Jim Fitzpatrick réalisait pour le magazine Scene une série satirique radicale intitulée « A voice in our times » (Une voix dans notre temps), relative à la guerre du Viêt Nam. Par exemple, l'une d'entre elles présentait le Premier ministre britannique Harold Wilson comme le « caniche » du président américain Johnson : le chien portait la tête de Wilson.


Puis, pour être un peu plus radical, il a réalisé une image de Che Guevara en noir et blanc dans un style psychédélique art nouveau :


« Je pensais que mon œuvre psychédélique originale était très artistique, très belle, mais elle ne communiquait pas comme le faisait l'affiche rouge et noire [plus tard] qui vous frappait en plein visage ».


La version « psychédélique » a été produite avant la mort du Che et a été inspirée par son voyage en Bolivie :


« Je pensais qu'il était l'un des plus grands hommes qui n’aient jamais vécu, et je le pense toujours à bien des égards. Et lorsqu'il a été assassiné, j'ai décidé que je voulais faire quelque chose à ce sujet, et j'ai donc créé l'affiche. J'ai senti que cette image devait sortir, sinon il ne serait pas commémoré autrement. Il irait là où vont les héros, c'est-à-dire généralement dans l'anonymat ».


L'affiche sérigraphiée en noir et rouge a été réalisée après la mort de Guevara en octobre 1967. Elle a été réalisée à partir d'une photo de haute qualité de la photo de Korda obtenue du magazine anarchiste Provo d'Amsterdam, qui l'a lui-même obtenue à partir d'un tirage offert par Korda lui-même à Jean-Paul Sartre.


Si Jim Fitzpatrick considère son affiche comme un graphique autonome dont il détient les droits d'auteur, il n'a jamais réclamé de redevances pour son utilisation (ou son abus). En 2011, Fitzpatrick a annoncé qu'il avait l'intention de protéger les droits d'auteur du graphique emblématique rouge et noir. Il a cité l'utilisation « commerciale grossière » de l'image pour sa décision et a prévu de céder le droit d'auteur et tous les droits, à perpétuité, à la famille de Guevara à Cuba.


L'affiche était une sérigraphie en deux couleurs, l'étoile jaune du béret étant colorée à la main avec un marqueur magique. L'impression originale de Korda a été subtilement modifiée et les yeux ont été légèrement relevés, créant ainsi une apparence quelque peu « sainte ». Fitzpatrick admet qu'il s'agit peut-être d'un reflet inconscient de son éducation catholique, mais qu'il ne l'a pas fait consciemment à l'époque. Il a également donné à l'image plus de cheveux, car les cheveux longs étaient alors un symbole de rébellion.


Au départ, il produit et distribue l'affiche (avec quelques difficultés initiales) sur une base commerciale dans des magasins de toute l'Angleterre, et notamment dans Carnaby Street à Londres. Il abandonne rapidement cette approche au profit d'une distribution gratuite à divers groupes de gauche en Irlande, en Angleterre, en France, en Hollande et en Espagne (où un envoi est saisi par les autorités de Franco). « Je voulais littéralement qu'il se reproduise comme des lapins. Je voulais qu'il se répande ».


Jim Fitzpatrick a lu une grande partie des écrits politiques de son héros, mais admet qu'il les trouve difficiles à lire. Il ne pense pas non plus qu'il soit sans tâche. Il cite une déclaration de l'archevêque de La Paz : « Vénérez le Che comme un héros, mais s'il vous plaît, n'en faites pas un saint ».


Il se félicite de la prolifération de l'image à travers le temps, même dans sa dernière réinterprétation « BIFFO ». En 2017, un timbre à l'effigie d'Ernesto « Che » Guevara, édité à l'occasion du 50e anniversaire de sa mort, s'arrache en Irlande.



Source : https://www.historyireland.com/che-guevara-jim-fitzpatrick-and-the-making-of-an-icon/

Publié dans Histoire du XXe siècle / contemporaine, Dossiers, Numéro 4 (juillet/août 2008), Volume 16

Posts à l'affiche
Posts Récents